Apsytude > Mes soucis > Moi et mon mal-être > L’hypocondrie : bobomanie et gros soucis

Comment ça se manifeste ?

Il t’arrive peut être parfois de centrer ton attention sur ton corps en analysant ce que tu ressens et en t’imaginant le pire. Peut être que tu consultes beaucoup de médecins et de spécialistes pour faire des séries d’examens, ou peut-être que tu passes beaucoup de temps à faire des recherches sur internet pour te rassurer par rapport à des inquiétudes concernant ta santé ?

2

Malgré ça, tu n’es jamais vraiment rassuré, tu penses que « le médecin a dû se tromper » ou que « c’est une maladie que personne ne connaît encore ». Tes préoccupations deviennent alors une obsession et malgré les propos rassurants de tes proches, ton anxiété persiste… Si tu te retrouves dans cette description alors peut être que tu souffres d’hypocondrie.

Qu’est ce que l’hypocondrie ?

L’hypocondrie est un trouble anxieux dont les préoccupations excessives se centrent sur la santé. Il s’agit d’une attention démesurée sur des sensations ou symptômes physiques considérés comme anormaux ou inhabituels et qui sont interprétés de la mauvaise manière. Par exemple, un petit bouton sur ta fesse droite et tu es convaincu que c’est un mélanome.

Il est normal d’être attentif à son corps et à ses sensations physiques, mais cela ne doit pas générer une anxiété massive.

Cette préoccupation excessive pour la santé est à l’origine d’une souffrance importante pour la personne hypocondriaque et peut avoir des répercussions sur des domaines importants de sa vie (au niveau social, familial, relationnel, professionnel). Par ailleurs, les personnes souffrant d’hypocondrie peuvent en arriver à laisser la peur guider leur vie  comme s’empêcher de faire certaines choses en pensant que cela pourrait être dangereux, ou alors prendre des précautions excessives, etc. Cela peut en faire sourire certains… et c’est pourquoi l’hypocondrie peut causer un isolement important.

Tes maux de tête sont très certainement des tumeurs au cerveau ? Les maux de ventre probablement des cancers digestifs, une occlusion intestinale ou un ulcère ? Tu as mal à la nuque depuis quelques jours et tu ne peux t’empêcher de penser que la méningite est en train de prendre possession de ton corps ?

Le problème avec l’hypocondrie, c’est que l’anxiété qu’elle génère peut elle-même provoquer des symptômes (comme des palpitations, des sensations de malaise, des douleurs) qui peuvent être interprétés comme d’autres signes d’une maladie grave. Rappelle-toi que ceci est un cercle vicieux et souviens toi que le corps est fait de sensations et qu’il s’exprime en permanence, sans que ça veuille dire que quelque chose dysfonctionne forcément.

D’où ça vient ?

L’hypocondrie peut avoir plusieurs origines :

  • Certaines expériences de vie peuvent laisser des traces. Par exemple, quand on s’est retrouvé confronté à la maladie ou quand une personne très proche l’a été.
  • Elle peut également venir de très loin et prendre racine dans l’enfance, quand on a grandi avec des parents très soucieux concernant la santé et qui avaient tendance à nous emmener chez le médecin pour le moindre petit bobo.
  • Elle peut également être alimentée au quotidien par les médias, les films, les publicités, les émissions, ou par certaines campagnes de prévention.

Quoi qu’il en soit, c’est toujours une histoire de croyances qui sont à l’origine d’une mauvaise interprétation des informations de notre corps.

Que faut-il faire ?

Petite liste (non exhaustive) des comportements à adopter (ou à bannir !) :

  • Dire une bonne fois pour toute ADIEU à tous les sites peu fiables, pleins de témoignages bancals et terrifiants la plupart du temps (surtout quand la peur te fait tout interpréter) car cela alimente ton anxiété.
  • Te rappeler, dans les moments où tes pensées et tes sensations corporelles prennent trop de place, qu’il s’agit en réalité de ton anxiété qui te joue des tours. Te rappeler également que ton corps ne peut pas toujours être silencieux.
  • Ne pas adopter des comportements qui te rassureraient sur le moment mais qui ne feraient qu’alimenter ton anxiété sur le long terme. Par exemple, tâter ton pouls toutes les 5 minutes.
  • Et pour tout ça, tu ne dois évidemment pas hésiter à demander de l’aide, parce que comme nous l’avons dit au début de l’article, l’hypocondrie peut avoir un impact important sur ton quotidien. Ne t’inquiète pas, les psychologues sont là pour t’aider et te proposer des outils qui te permettront de te sentir mieux. Si tu en ressens le besoin, n’hésite pas à faire le point en prenant rendez-vous.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *